Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Luna
  • : Le point de croix et tous les petits objets qui font la joie de mon existence.
  • Contact

Partenariat

 

Recherche

11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 06:40

 

Un hiver sans fin, Laura Ingalls Wilder, Flammarion.

     Les Ingalls vivent désormais sur leur concession du Dakota qu'ils ne quitteront plus. Mais l'hiver extrêmement rude qui s'annonce, la mauvaise isolation de leur cabane, l'épaisseur des parois des tanières des rats musqués ainsi que l'avertissement d'un indien qui annonce l'hiver le plus rude de ces vingt dernières années les font déménager dans la maison que Charles avait construite dans la ville de De Smet pour la vendre.
Bien leur en pris puisque d'octobre à avril, la région est complètement isolée par les blizzards qui se succèdent.  Les trains sont bloqués et ne ravitaillent plus la ville. Plus de charbon, plus de pétrole, plus de nourriture, ils se débrouillent pour survivre avec beaucoup de difficulté.
On souffre avec eux des privations et de la monotonie des journées...
Bravo Mme Ingalls Wilder pour ne pas avoir rendu le récit rasoir !



La vie aventureuse de Laura Ingalls Wilder, William Anderson, Flammarion.

     Le livre ne nous apprend rien de plus que la biographie de Laura qui est désormais assez vieille pour avoir des souvenirs précis, aussi bien des lieux que des dates.

 

 

31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 07:30

Ohlalala, ça date de ma dernière grossesse donc de 2009... je suis assez en retard dans mes compte-rendus de lecture...

 

     Un enfant de la terre, Laura Ingalls Wilder, Flammarion.    

     Cette fois-ci il s'agit d'une tranche de vie de son futur mari, Almanzo, à 9 ans, dans sa ferme de l'état de New York (Malone) avec ses parents. Passionné par les chevaux, il ne rêve que d'en élever un. Mais il doit commencer par des boeufs pour ne pas gâter un poulain par maladresse. Laura nous présente l'amour de son mari pour la vie à la ferme qu'il ne reniera jamais.
     Chaque (nombreuse) lecture de ce volume m'a déstabilisée. J'ai beaucoup de mal à quitter la famille Ingalls pour entrer dans celle des Wilder, plus aisés, vivant dans une ferme cossue, mangeant à leur convenance des mets nettement plus recherchés et abondants. Almanzo parle d'ailleurs énormément de nourriture et se goinfre allègrement. Mais le travail reste dur, les levers très tôt et les conditions de vie plutôt rudes.
     Et à la fin du volume, j'ai du mal à le quitter... Chaque fois aussi !



La vie aventureuse de Laura Ingalls Wilder, William Anderson, Flammarion.



        Peu de choses sont décrites sur ce volume puisque n'appartenant pas au passé de Laura. Il est juste indiqué qu'elle a désiré raconter l'histoire de son mari après avoir écrit la petite maison dans les grands bois et qu'elle a eu beaucoup de mal à le faire parler sa jeunesse, Almanzo lui affirmant ne rien valoir pour raconter les histoires.

null  

31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 06:41
     Je suis vraiment à la bourre sur mes compte-rendus de lecture.... Ca date de ma grossesse de Tom... Mais je sais que nous sommes plusieurs à aimer cette série !
    
     Sur les rives du lac, Laura Ingalls Wilder, Flammarion.

     Les Ingalls quittent Walnut Grove pour rejoindre le chantier de construction du chemin de fer dans le Dakota. Charles gère les dépenses et les achats des ouvriers et à l'arrivée de l'hiver, la famille a l'opportunité de s'installer gratuitement dans la maison des arpenteurs dont ils assureront le gardiennage. Au printemps, ils font enregistrer leur concession et après avoir vécu quelques temps en ville vont s'installer sur leur nouveau terrain. Marie a perdu la vue avant leur départ pour l'ouest et une nouvelle petite soeur est arrivée, Grace.

 Maison3.jpg
La vie aventureuse de Laura Ingalls Wilder, William Anderson, Flammarion.
 
     Il y a une fabuleuse ellipse entre les deux tomes. En quittant Walnut Grove, ils vont vivre quelques temps dans leur famille. C'est à ce moment là que le seul fils Ingalls (Charles Frederick) meurt à l'âge de 9 mois (1876). Laura n'en parla jamais dans son oeuvre. Il partent ensuite aider les Steadman à tenir un hôtel à Burr Oak, dans l'est où Grace voit le jour en 1877. Mécontents de la proximité d'un bar et de leur vie dans cette "vieille" ville, ils repartent pour Walnut Grove (départ de ce tome 3) où Marie tomba malade et perdit la vue (1879). 
Ils décident d'avancer à nouveau vers l'ouest, dans le Dakota, motivés par la ligne de chemin de fer et les intérêts économiques qu'elle pouvait représenter. Pour la décider, Charles promet même à Caroline de ne plus déménager après ce dernier voyage. Et il tint parole.

14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 09:52
Au bord du ruisseau, Laura Ingalls Wilder, Flammarion. Lu en janvier 2009.

     Les sauterelles dévoreuses de récoltes et les sangsues. Voilà les grands souvenirs que j'avais de ce tome. Alors qu'il y a aussi les premiers pas des filles à l'école, à l'église, la rencontre avec la fameuse Nelly Oleson, aussi peste que dans la série et leurs premiers blizzards, effrayants. Pas forcément le volume le plus passionnant mais un bon moment tout de même. Laura a suffisamment grandi (8-9 ans) pour qu'on puisse estimer qu'il s'agit surtout de ses propres souvenirs désormais.
L'Eglise et l'école du dimanche commencent à prendre plus d'importance, mais restent tout de même un sujet sur lequel ils n'insistent pas tant que ça. Il est toujours question de bons sentiments et d'aide de son prochain mais sans tomber dans l'absurde insistance de la série télé. On se cantonne aux relations de bon voisinage et à l'obligation de rendre une invitation.


La vie aventureuse de Laura Ingalls Wilder, William Anderson, Flammarion.

     La biographie nous apprend que contrairement au récit de Laura, ils ne sont pas partis du kansas pour atterrir directement au Minnesota. Ils sont restés dans les Grands Bois auprès du frère de Charles et de la soeur de Caroline (mariés eux aussi) les filles fréquentant même l'école et apprenant à lire, jusqu'en 1874 où ils décidèrent tous de partir à nouveau. Pendant leur voyage ils assistent pour la première fois au passage d'un train. Ils s'installent finalement à Walnut Grove dans une maison souterraine avant de construire une plus grande habitation.
De nouveau scolarisée, elle rencontre Nelly Owens, rebaptisée Nelly Oleson dans son auto-biographie. Dans toute son oeuvre, elle ne changea que deux patronymes, pour des gens qui avaient été extrèmement désagréables.
L'invasion des sauterelles et leurs oeufs détruisant l'espoir de plusieurs récoltes d'affilées, ils décident de partir pour l'Est avec des amis, les Steadman, pour tenir un hôtel dans l'Iowa.
Petit détail non évoqué dans les livres de Laura, en 1875 naît un fils, Charles Frederick "Freddie" Ingalls qui décède à 9 mois avant leur départ pour l'est en 1876.






24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 09:03
Laura Ingalls Wilder, Flammarion. Lu en janvier 2009.

     Lecture cyclique pour moi. L'envie revient régulièrement depuis que j'ai découvert ces histoires vers 10 ans. Avec le recul de l'âge, je trouve le texte toujours aussi bien écrit, simple mais passionnant. Je suis encore plus impressionnée par leur courage et leur capacité à se débrouiller seuls. Leurs Noëls m'ont toujours fascinée : peu de cadeaux mais du coup très appréciés. Ce dénuement qui permet d'accorder plus de valeur aux choses me tente bien. Sans parler de l'incroyable avantage de ne pas avoir des placards qui débordent d'objets finalement inutiles et de la possibilité de tout déménager dans un chariot en une heure...

     Le racisme envers les indiens est très présent ("un bon indien est un indien mort" est cité trois ou quatre fois mais jamais par les membres de la famille Ingalls) et le côté religieux assez poussé de la série télé n'existe pas. Il est même carrément absent de ce volume, ils sont à 60 kilomètres de la ville la plus proche, et donc de l'église par ricochet.

     C'est définitif pour moi, seul le livre compte !


La vie aventureuse de Laura Ingalls Wilder, William Anderson, Flammarion.

      Au niveau de la biographie de Laura, on comprend plus clairement les raisons des difficultés qu'ils rencontrent avec les indiens. Espérant profiter du fameux Homestead Act qui leur accordait la propriété de la terre cultivée pendant 5 ans, ils se sont installés en 1868 par erreur dans la réserve des Indiens Osage, le long d'une vieille piste toujours usitée. Charles n'ayant pas pris la peine d'aller enregistrer sa concession, ils n'en surent rien.  Ils se retrouvèrent donc face à des tribus Osage passant plusieurs nuits à discuter en poussant des cris de guerre afin de décider s'ils s'attaquaient aux pionniers blancs ou bien acceptaient de céder leur territoire pour partir pour l'Oklahoma. Le gouvernement ayant augmenté son offre d'achat des terres pour construire le chemin de fer, les indiens partirent en une interminable procession passant devant la cabane des Ingalls.
La famille a aussi maille à partir avec les loups, est atteinte de la malaria et accueille à ce moment un nouveau bébé, Carrie (1870). Dans son récit, Laura n'insiste jamais sur la grossesse ni même sur la naissance des enfants. Bébé Carrie est déjà là lors de leur départ des grands bois alors que dans la réalité elle naît alors qu'ils sont déjà installés dans la prairie.
Elle a pris plusieurs liberté avec la chronologie pour des évènements que de toute façon on lui a juste racontés, vu son âge à cette époque. (3 ans)
En 1871, suite aux problèmes de propriété, ils repartent pour les grands bois, d'autant que le suédois qui avait acheté leur maison ne voulait plus la payer et désirait la leur rendre.

 
2 novembre 2009 1 02 /11 /novembre /2009 09:01
Laura Ingalls Wilder, Flammarion. Lu en janvier 2009.

     Quelle découverte il y a quelques années !!! Une préquelle de la petite maison dans la prairie existait ! Je me suis donc jetée dessus et me suis délectée de sa lecture dans la même veine que les autres volumes. Celui-ci se passe dans les Grands Bois encore parmi les deux familles des parents Ingalls, avant le départ en chariot pour l'ouest. C'est là que je me dis que l'éloignement a dû être difficile pour eux... Beaucoup d'histoire de chasse (ours, puma, cerfs) et de soirées dansantes et musicales entre les deux familles éparpillées dans la région. 
     Une lecture-grossesse appréciable mais je reste pressée de voir grandir les filles et de continuer à dévorer leurs pérégrinations que je connais bien mieux.



La vie aventureuse de Laura Ingalls Wilder, William Anderson, Flammarion.
    
      En parallèle, je relis la biographie de Laura.
Cette introduction au cycle se passe donc dans le Wisconsin. Premier livre publié par Laura en 1932, à 65 ans. Mais Charles Ingalls étouffe au milieu des bois de plus en plus colonisés et décide, en 1868 de partir vers le Kansas et ses grandes prairies, avec sa femme et ses filles nées dans les Grands Bois en 1865 (Marie)  et 1867 (Laura).

 
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 21:03
     Il suffit de montrer sa lecture du moment pour participer au tirage au sort de Jujuraph le premier octobre ! Une gagnante supplémentaire toutes les dix participations !

     Actuellement je lis (péniblement) ceci :


     Merci Jujuraph pour ce petit jeu sympa !
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 07:54
Geoffrey Huntington, Milan.

     Hop, les trois d'un coup !
     Je cherchais des lectures faciles pour le soir, ces histoires remplissent bien ces conditions et les surpassent parfois même un peu trop...

     Tome 1 : Un jeune garçon qui a récemment perdu son père, est confié à la garde d'une belle et froide tutrice dans une demeure imposante mais effrayante (Ravenscliff). Depuis sa plus tendre enfance, il est confronté à des monstres sortant réellement de son placard pour l'attaquer et doit les combattre à la force de son courage. Il apprend qu'il a été adopté, qu'il est en fait une sorcier des ailes de la nuit et doit se mesurer à un apostat extrêmement puissant.

     Tome 2 : Il est cette fois confronté à une sorcière du passé.

     Tome 3 : Certaines parties de son passé et de celui de Ravenscliff lui sont révélées. 

     Savant mélange d'Harry Potter (initiation d'un jeune sorcier ignorant ses pouvoirs et son passé), de Buffy (relations et amourettes d'adolescents compliquées par diverses malédictions et émaillées de références culturelles actuelles), de maisons hantées avec des tonnes de passages secrets, de voyages dans le temps, on passe par tous les thèmes qui peuvent motiver de jeunes lecteurs. 
     Moi j'ai trouvé ça relativement simpliste, les persos et les intrigues étant un peu creux. C'est assez délayé, on apprend peu de choses dans chaque tome qui finit toujours sur un cliffhanger.
     Ce qui pose un problème relatif : la dernière phrase du tome 3 est "Oh c'est toi ?" alors que nous n'avons aucune nouvelle d'une éventuelle sortie du tome 4 depuis 3 ans, même en anglais...  Et moi qui me disais "je ne suis pas fatiguée, je vais le finir ce soir..." Je tourne la page, vlan, "Fin du livre troisième" puis dix pages publicitaires pour l'éditeur. Je me suis trouvée comme deux ronds de flan et du coup je n'ai pas pu dormir !

     Si j'avais su, je ne les aurais pas lus !

3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 17:52
Fred Vargas, J'ai lu.

     Mon premier Vargas!

     J'ai fait la connaissance d'Adamsberg, commissaire atypique à la mémoire défaillante, avec beaucoup d'intérêt et de plaisir. L'intrigue sur un tueur en série inoculant la peste m'a bien portée, les lieux des enquêtes connus sont amusants (double meurtre à l'endroit où nous habitions avant, ça fait bizarre !), et les personnalités antagonistes du commissaire et de son adjoint m'ont enthousiasmée.
     La conclusion m'a un peu déçue : le système du tueur forcément la personne la moins probable du lot m'a un peu parue caricaturale (vu le nombre de personnages que cela représente, je ne dévoile rien !).
     J'ai aussi regretté le comportement d'Adamsberg avec son amie, mais là c'est mon côté fleur bleue qui parle.

     Une lecture qui m'a clairement donné envie d'essayer un autre volume.


21 août 2009 5 21 /08 /août /2009 09:49
Lilian Jackson Braun, 10x18

     Nous continuons à suivre les aventures de Qwilleran, dans son pays si pittoresque, avec ses chats et ses amis. J'adore ces chroniques légères régulièrement émaillées de meurtres, vols, escroqueries. J'ai toujours l'impression de retrouver des amis !

     Très très court ce volume ! Et départ semble-t-il définitif d'un personnage ainsi que la destruction d'un lieu que je pensais immuables... Comme Qwill apparemment. Ca lui ouvre de nouveaux horizons mais j'en suis sortie toute triste et déçue... Koko et Yom Yom sont en pleine forme mais le crime paraît bien insignifiant et peu motivant cette fois-ci.
Je n'ai pas pris le même plaisir que d'habitude à la lecture de ce volume. C'est bien dommage...