Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Luna
  • : Le point de croix et tous les petits objets qui font la joie de mon existence.
  • Contact

Partenariat

 

Recherche

17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 08:47
Millenium, tome 1, Stieg Larson, Acte Sud

     J'ai préféré le premier tome, moins international, en univers quasi clos sur une île. Ce deuxième opus nous propose de suivre de plus près le personnage secondaire du tome un, Lisbeth Salander, la plus intéressante, asociale, considérée comme psychopathe, tombant de catastrophes en pièges divers. Le récit reste haletant, violent, voire sanglant, en particulier vers la fin, crescendo voulu et on ne peut s'empêcher de s'attacher à cette pauvre fille déconsidérée, surdouée et increvable. Ce côté Sarah Connor m'a d'ailleurs paru un peu exagéré et caricatural.

     Le thème général, comme dans le premier tome, est sordide. Tout tourne autour de la traite des femmes, de la prostitution d'ados des pays de l'est. Après l'inceste et le viol, on reste dans le glamour et le romantique. Mais tout passe malgré tout tout seul et la fin ressemble à un bon cliffhanger de fin de saison de série télé. Je veux savoir, il me faut la suite...


1 août 2009 6 01 /08 /août /2009 08:43
Agatha Christie Mallowan, Petite Bibliothèque Payot
 
     Contrairement à son titre on ne peut plus débile, ce n'est pas du tout un Barbara Cartland mais un livre qui, à mon grand étonnement, s'est révélé passionnant. Ils n'ont même pas mis le sous-titre sur la couverture "mes aventures au Moyen-Orient". De toute façon on est très loin du super titre anglais "Come, tell me how you live, an archeological memoir". Il vaut mieux ne pas le traduire correctement et pondre un titre idiot, c'est bien plus vendeur...
     Je voulais une nouvelle fois tenter la lecture d'une bio d'Agatha et je suis tombée sur ce bouquin. Tant pis pour la bio sur laquelle je n'arrive pas à mettre la main, c'est un EXCELLENT livre. Elle raconte ses souvenirs de fouilles en Irak dans les années 30 d'une façon désopilante. Aucune allusion à ses romans ni à ses personnages à part un ou deux "j'étais attelée à l'écriture de mon nouveau roman". Elle parle uniquement de sa vie quotidienne, des voyages, de la préparation des bagages (hilarante visite aux grands magasins et fermeture des valises ubuesque). De la constipation des ouvriers à leur mode de vie ou aux chaleurs de la chienne qui ramènent tous les chiens du coin dans leur salon, je me suis vraiment bidonnée. Son mari, passionné par son métier, ne voit dans sa nouvelle robe "dégoulinante de losanges" que des symboles de fertilité antique. Et Mme Mallowan de le vérifier pendant les fouilles...
     Du vrai et très bon humour anglais pour des situations cocasses mais assurément véridiques. J'aurais voulu l'écrire ! Agatha, tu ne cesses de m'épater !


21 juillet 2009 2 21 /07 /juillet /2009 11:36
Millenium, tome 1, Stieg Larson, Acte Sud

     Ouh là, là c'est du lourd !
     Un gros bouquin que j'ai avalé pendant les vacances de l'an dernier et que j'avais du mal à lâcher... Ca a même fait passer la broderie au second plan et en ce moment c'est pourtant une de mes grandes folies.
     Le gars qui a écrit ça est mort en 2004, à 50 ans, avant le succès de son livre qu'on voit un peu partout, très reconnaissable avec ce portrait très "Adamsien". Est-ce que ça a rendu ça plus captivant ? Ca a joué en tout cas dans mon esprit.
     Bon, les cent premières pages sont presque rasoirs avec pas mal de références économiques. Mais les personnages sont intéressants et ça passe quand même sans soucis. Une fois que le héros est parti faire son enquête sur l'île, (miam, un whodunit dans l'univers clos d'une île) ça décolle à fond. Mikael, ce fameux héros, est bien sympathique. Son acolyte, Lisbeth est fascinante. Elle m'a fait penser au sergent Havers d'Elizabeth George, dure, sévère, froide... D'ailleurs, Mikael lit pas mal de roman policier et le premier auteur cité est... Elizabeth George. Curieux, non ? L'analogie s'arrête là, Lisbeth est une jeune paumée tatouée et percée qui vit aussi dans un univers sordide et solitaire, mais pas du tout le même que Barbara Havers.
     Petit bémol : le sexe. Ca choque la petite instit coincée et naïve que je suis : Mikael couche avec à peu près toutes les nanas qu'il croise (tous âges confondus d'ailleurs, dans la limite de la majorité tout de même) dont sa meilleure amie avec qui il a une relation depuis plus de 20 ans, ce qui a d'ailleurs fait capoter son mariage. Le sien à elle se porte bien, le mari acceptant ce triangle amoureux. Habitudes suédoises ? J'ai jamais aimé et jamais compris ça. Curieusement ça ne fait pas baisser le capital sympathie du gars. Je vieillis ? J'évolue ? Je suis plus tolérante ? Bizarre...
Mais ce n'est pas le pire : il y a deux scènes de viol terrifiantes qui auraient du me faire jeter ce bouquin avec fureur par la fenêtre. Bon, déjà il était pas à moi, ça l'a donc sauvé. Ensuite, ben, c'est assez bien passé (cf remarque plus haut, je change ?). Surtout, la pauvre fille en question se venge d'une façon magistrale et tout aussi terrible que ce qu'elle a subit (et ça fait du bien !). Et puis la violence me paraît toujours plus facile à lire qu'à voir.
     Bref, sordide, dérangeant mais passionnant, une lecture qui m'a enthousiasmée : dur de fermer le livre et d'éteindre le soir ! Il y a encore 2 autres tomes !




12 juillet 2009 7 12 /07 /juillet /2009 09:33
Elizabeth George, Pocket

     Je l'attendais avec assez d'impatience, cette histoire. Un crime dans une école privée anglaise, pour moi ça fleurait bon le Poudlard et il y avait effectivement tout pour ça : les uniformes, les chefs de maison, les préfets dont le préfet en chef, les profs qui vivent dans l'école...
     Mais j'avais oublié que c'était du Elizabeth George, donc plutôt des situations sordides et peu engageantes.
     L'établissement devient donc un creuset d'horreur et de perversions qui me gâchent l'idée romantique et propre (voire utopique et naïve mais à laquelle je tiens) des écoles anglaises. Déception, déception donc, et lecture longue, longue, s'étirant dans le temps...
     Cela dit, je suis dans une période "broderie avant tout" et dans ces cas là je me couche tellement tard que je m'endors sur les premières pages. Un des romans suivants de George se passe à Cambridge, ça devrait me motiver aussi mais Cérémonies barbares me laisse un peu circonspecte...

19 juin 2009 5 19 /06 /juin /2009 08:30
Je suis à la bourre, une lecture qui date de quasi un an...

Anne Ullmo-Michel, Voix Américaines, Belin.

     Ouh là là, que ce livre m'a gonflée... Je l'ai quand même lu en entier, surtout dans le métro mais tout me paraissait définitivement trop abscons pour que j'y prenne un réel intérêt.
     C'est de ma faute, lire une étude sur un auteur qu'on a jamais pratiqué, c'est carrément idiot. D'autant plus que j'avais vu le film le Temps de l'innocence en 93 qui m'a lui aussi terriblement rasée. Et au passage m'a aliéné Michelle Pfeiffer et Winona Rider, pendant de très longues années. Depuis je me suis réconciliée avec Rider grâce à Jeunet ("tu es programmée pour être une conne ?") mais entre Michelle et moi cela reste très tendu ! Edward aux mains d'argent et Dracula étant passé avant ce temps de l'inconscience (oups, pardon, de l'innocence...) Winona a eu chaud et j'ai encore tendance à réagir très vite quand on m'en parle (violent "oh, elle je ne l'aime pas" quand je suis polie). 
     Encore une longue digression... Je suis la reine des digressions à l'oral comme à l'écrit.
     Tout ça n'a rien à voir avec Edith Wharton. Curieusement, malgré le livre et le film qui se sont ligués pour m'ennuyer, je suis toujours tentée par la lecture d'un de ses textes. Je jugerai certainement mieux après...


9 mai 2009 6 09 /05 /mai /2009 08:19
Robin Hobb, France Loisirs.

     (Oh lala, je suis tellement en retard dans mes articles de lecture... Je sais en plus que ça ne passionne pas tout le monde...)

     Je l'ai vraiment préféré au tome 1 qui avait traîné sur ma table de nuit des semaines car la lecture n'avançait pas. Le héros a grandit, sa personnalité s'est étoffée, les dangers qui l'entourent sont plus nombreux et donc bien plus intéressants. Je ne dirais pas que c'est une lecture indispensable, loin de là, mais elle était bien plaisante. Je comprends aussi pourquoi on m'avait parlé d'une dimension un peu trop romantique. Les envolées amoureuses entre Fitz et Molly m'ont plus d'une fois fait lever les yeux au ciel. Il manque l'humour que j'aime trouver en fantasy et je ne vais pas lire la suite directement.

18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 23:57

Helen Fielding, J'ai Lu

Tome 1 :
          J'ai été tentée de relire les livres après avoir déblatéré pendant dix minutes à leur propos, en soutenant à un ami manifestant un intérêt poli la thèse "le film est nettement mieux, plus drôle et moins vulgaire". Résultat cogitation extrême et envie de rejeter un coup d'oeil au bouquin. Ce coup d'oeil est devenu une lecture intégrale tout d'abord aux toilettes, juste comme ça, puis à tout moment (lit, métro, salles d'attente). Ça me plaît, ça m'amuse. J'ai vieilli... 7 ans après la première lecture, je dois me sentir plus concernée par l'idée des trentenaires, qu'elles soient célibataires ou mariées-fières-de-l'être. Leur attitude avec leur progéniture m'a paru tellement réaliste que je me suis bien marrée (les conversations téléphoniques où une phrase ne peut être prononcée en entier sans être interrompue par un "arrête", "pose ça", "ne touche pas", "fais dans le pot"... sont savoureuses). Conclusion, direction le tome 2 !

Tome 2 :
     Voilà, j'ai trouvé l'explication de mon souvenir négatif des bouquins. Le deuxième tome est vraiment moins bon, tout comme le film d'ailleurs. On nage dans l'absurdité entre le fameux voyage/emprisonnement thaïlandais et l'histoire de l'ouvrier délinquant psychopathe (uniquement dans le livre) qui laisse un trou dans le mur et envoie des messages de mort. 
     Le style simple et léger reste très sympathique mais le côté totalement irréaliste des situations gâche le plaisir que j'ai ressenti en lisant le tome 1. A découvrir que si on a vraiment adoré le premier.


15 février 2009 7 15 /02 /février /2009 21:04
     Elizabeth George, Omnibus
 
     La pré-quelle "Une douce vengeance" écrite en 4e ou 5e position mais que j'ai lue en premier par souci de chronologie ne m'avait pas plu du tout. Des gens de la Haute insupportables, snobs et pervers qui se disputent pendant un week-end interminable en Cornouailles, c'est tout ce que j'en avais retenu malgré le meurtre atroce du milieu. C'est donc curieux que j'ai pris sur moi de continuer avec la deuxième histoire qui était donc en fait la première et qui m'a réconciliée avec l'auteur. Le personnage principal "d'Enquête dans le brouillard" était un des snobs secondaires du tome 1 et on lui a collé dans les pattes un adjoint féminin moche, grosse, prolétaire et remontée contre les bourges qui me plaît bien. Ajouté à une intrigue sanglante (mais terriblement sordide) se passant dans la campagne anglaise et j'ai été enthousiasmée. Le 3e tome, "Le lieu du crime" m'a un peu moins plu. On repart au milieu des aristos menteurs. Mais l'histoire se lit facilement et plaisamment. En fait je suis surtout curieuse et pressée de lire le livre suivant "Cérémonies barbares" qui a pour cadre une école privée anglaise. Dans ma tête, ça fleure bon l'ambiance Hogwarts (soyons honnête, certainement moins propre que chez Rowling).
J'espère que je ne serai pas déçue !

 
8 octobre 2008 3 08 /10 /octobre /2008 21:50
François Rivière, Le Masque.

Saine lecture pour le séjour que j'ai passé à l'hôpital en mai : se changer les idées à coups de meurtres et d'enquêtes. A nouveau, c'est plus une analyse qu'un biographie. Je ne savais pas qu'il y avait eut une "affaire" Agatha Christie : une disparition de dix jours. Une sombre vengeance pour culpabiliser son mari qui voulait divorcer, selon l'auteur. Elle n'a jamais évoqué le sujet après.
Je me suis plongée dans sa bibliographie bien détaillée. C'est terrible, j'ai beau les avoir lus plusieurs fois, j'oublie très vite les intrigues. Beaucoup moins avec ceux que j'ai vus à la télé. Et oui, fan de Barnaby et d'Hercule Poirot, je confirme mes goûts de grand-mère. En rajoutant Miss Marple, les broderies et les tisanes, je ne pourrai définitivement plus faire illusion.

5 octobre 2008 7 05 /10 /octobre /2008 21:04
     Pour Zazimuth avant tout :)

     Un élève me l'a apporté en classe et je l'ai lu vendredi. C'est une histoire simple traitée du point de vue de 4 personnages différents. Une maman bourgeoise et protectrice, son fils qui rêve d'espace et de liberté, un papa au chomage qui ne peut s'intéresser à rien et sa fille créative et imaginative, heureuse de vivre malgré tout.

    Les quatre récits sont tout à fait différents et les illustrations du même lieu varient suivant la personnalité de chacun. Il s'y trouve aussi pas mal d'anomalies que les élèves ont adoré retrouver (arbre en forme de chapeau, vélo à deux guidons...)

     C'est indiqué pour des enfants de 6 ans mais c'est plutôt bien passé auprès de mes gamins de 5 ans et je pense que le lectorat peu largement être étendu, vu les analyses que l'on peut faire des quatre versions.