Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Luna
  • : Le point de croix et tous les petits objets qui font la joie de mon existence.
  • Contact

Partenariat

 

Recherche

3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 19:45
David et (la très regrettée) Leigh Eddings, Pocket Fantasy.

     Ca faisait longtemps que je n'avais pas eu une déception littéraire de cette importance... face à la décalogie de ses débuts que j'ai du lire une bonne demi-douzaine de fois, en français ou en anglais et qui a fait partie de mes lectures de grossesse (honneur suprême), je m'attendais au moins à ressentir un intérêt poli comme pour ses autres bouquins.

     Mais non seulement j'ai trouvé ça rasoir de bout en bout, mais comble du désapointement, nul en terme d'histoire, de style littéraire et de construction des personnages, son point fort auparavant à mon avis. Il sont creux, plats, inintéressants et le toute minuscule pointe d'humour de leurs dialogues ne m'a fait aucun effet. Ils auraient aussi bien pu crever tous un par un, je n'aurais rien ressenti...

    Peut-être que je me fais vieille ou que tout venait de Leigh aujourd'hui décédée... Le milieu du livre (page 100 à 300 sur 450...) est entièrement consacré aux mêmes évènements narrés de manière fort redondante par 5 ou 6 personnages à la suite. La première version étant déjà barbante, la relire 5 fois de suite, malheur... Du remplissage pur et simple pour expédier ensuite la bataille finale contre deux armées immenses en 50 pages, avec l'équivalent épique d'une scène familiale dans les films de Shyamalan, les héros en spectateurs inactifs et patients contrairement à moi...

     J'étais ressortie de la Belgariade et de la Mallorée désespérée de me dire que je ne retrouverais plus de tels moments d'amusement littéraire (Harry Potter est passé par là depuis). Mais là je peux dire que je ne pense pas retrouver avant longtemps un livre qui me déplaise autant.

     Quand je pense que je l'ai offert à l'une de mes meilleures amies... Il va falloir que je rattrape ce cadeau carrément empoisonné !

     Et il y a encore deux volumes... Et j'ai déjà acheté (et offert) bêtement le suivant en toute confiance...


3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 19:27
David et (la regrettée) Leigh Eddings, Pocket Fantasy   

     Je publie mon ancien article de lecture, sinon celui de mon dernier livre n'a pas trop de sens... (lecture de juillet 2008)

     Des personnages d'origines diverses se retrouvent pour sauver le monde. Envahisseurs reptiliens, méchants pas beaux dominateurs, c'est classique et basique.
  
      La première chose que m'a apprise le livre est le décès de Leigh Eddings il y a un an et demi. Comme quoi même avec internet, on peut rater des informations qui intéressent... Ça commençait pas super bien niveau ambiance. Le livre, quant à lui, peine un peu à démarrer à mon sens. Ce n'est pour moi qu'une gigantesque introduction qui se lit bien, mais pourrait être divisée par deux. Le style n'est pas terrible, mais je ne sais pas quelle est la part de responsabilité du traducteur... On ne s'attache pas autant aux héros qu'à ceux de la Belgariade mais ce n'est que le début et je pense définitivement qu'il n'égalera plus jamais ce niveau. On reconnaît tout de même sa patte à travers des personnages qui se ressemblent toujours un peu (Lièvre surtout) mais c'est ce que j'aime retrouver alors j'évite de trop m'en plaindre.
     Ça m'a suffisamment plu pour que j'ai envie de l'offrir mais il ne faut pas s'attendre à un nouvel engouement "silkesque", sauf révélation inattendue des prochains tomes.

15 septembre 2008 1 15 /09 /septembre /2008 20:10
Caroline Graham, Le livre de poche.

Les SAL sont en cours mais pas encore montrables. Hop, un petit bouquin du coup !

Hmmm, très très sympa. Faut aimer l'inspecteur Barnaby, bien sûr, mais c'est un policier extrêmement sympathique à lire. Bon, il date de 89. Il faut s'en souvenir pour éviter de s'étonner de l'absence de téléphone portable ou d'ordinateur. J'ai lu sur un site que les lecteurs trouvaient le sergent Troy moins sympathique dans le livre que dans la série. Un peu, effectivement. On apprend qu'il est marié, ce qui n'est pas dit textuellement dans la série, mais depuis il me semble avoir observé qu'il avait une alliance à son doigt. Et apparemment ça ne l'empêche pas d'essayer de charmer toutes les minettes qu'il croise. Je suis très tentée de lire d'autres livres de cet auteur, mais venant de voir les épisodes, ça retirerait beaucoup de suspens à l'histoire.
Tant pis pour ce que tout le monde pense de moi : Barnaby power !




11 septembre 2008 4 11 /09 /septembre /2008 17:32
Pascale Voilley, Belin.

N'ayant pas de broderie particulière à présenter, un petit bouquin aujourd'hui !

Plus une étude de l'oeuvre d'Alcott qu'une biographie. Ca m'a appris pas mal de choses : Les 4 filles du Dr March n'était qu'une oeuvre de commande, écrite en 6 semaines par une femme qui préférait la littérature à sensations pour adultes. J'ai d'ailleurs lu, il y a dix ans, un de ses livres : Pour le meilleur, pour le pire... et pour l'éternité qui m'avait fait penser tout du long à du Barbara Cartland, mais avec une fin totalement tragique. Rien à voir avec Little Women du coup.
Enfin, ça m'a donné envie de relire les 4 filles et pourquoi pas une bio plus complète et plus claire (cette étude était tout de même très érudite donc par moment un peu rasoir) ainsi que la lettre écarlate d'Hawthorne, le voisin d'Alcott à Concord, que j'ai toujours eu envie de lire.
Et tout cela se passe donc en Nouvelle Angleterre, ce qui me motive encore plus, je dois dire.
Bref, une lecture édifiante mais un peu trop complexe pour moi. Je vais passer à quelque chose de bien plus léger !

31 août 2008 7 31 /08 /août /2008 20:39
Mary Higgins Clark, France Loisirs.

Du pur Mary Higgins Clark : un gros soupçon de niaiserie, des milliardaires (les cautions se jouent à hauteur de 25 millions de dollars) mais une parfaite lecture de vacances : ça passe tout seul. Et c'est écrit gros : très confortable. Une évolution notable : l'héroïne ne boit plus de Chardonnay mais du vin rouge. Ca c'est du progrès littéraire !
On y trouve aussi un curieux sentiment de suranné, comme si ça se passait dans les années 70. Elle nous a peut-être ressorti une vieillerie du fond de ses tiroirs...

Je ne me comprends pas moi même, je continue à les lire alors que je trouve cela terriblement répétitif. Je me complais en terrain connu ! :)

29 août 2008 5 29 /08 /août /2008 06:19
     Hier j'étais bien embêtée ! Tout ce que je fais en ce moment n'est pas montrable, que ce soient le gribouillage pour le projet d'Hélène, les broderies avec les beaux fils d'Anne-So ou encore mes projets de cadeaux... Que publier donc ? Je n'ai toujours pas classé les photos de mes terminés, je suis à la traîne.
     Alors hop, nouvelle catégorie pour une autre de mes passions : la lecture. Un peu moins assouvie depuis la naissance de notre fille mais toujours présente. Je n'ai qu'à copier les textes de mon blog familial où j'en parle déjà, c'est pratique, et je pense que ça pourra intéresser au moins Zazimuth et éventuellement Lisbeï :)